Les cinq excuses qui nuisent au minimalisme d’une garde-robe

Les cinq excuses qui nuisent au minimalisme d’une garde-robe

Dans cet article je vais te donner les cinq excuses bidons qui vont te parasiter lorsque tu vas vouloir te lancer dans le minimalisme. Tout le monde, à un moment donné, va avoir une de ces pensées lui traverser l’esprit. C’est pourquoi j’ai envie d’anticiper en te les donnant d’avance. Comme cela, tu sauras les contrer et avancer plus vite que je ne l’ai fait.

  1. « Il m’a coûté cher celui-là… »

De l’argent dépensé a été dépensé (euh oui elle veut en venir où ?). Impossible de revenir en arrière ou se cacher derrière le temps qui coule en parlant d’amortissement. Ne pense pas que tu vas rentabiliser ton vêtement en le gardant plus longtemps au fond de l’armoire. Ton argent a été gâché dès le début s’il ne correspond pas aux trois critères dont je t’ai déjà parlé dans cet article. On a tous tendance à ne pas assumer ses erreurs en essayant à tous prix de retrouver une seconde vie au vêtement. On essaye de chercher en vain en quoi on n’a pas fait d’erreur d’achat. Eh ! L’erreur est humaine ! Rappelle-toi de pourquoi c’est un mauvais achat et ne dépense plus ton argent pour ce type de produit ! Basta …

  1. « Peut-être qu’il m’ira plus tard… »

Comment te dire… En général, quand on perd ou prend du poids, la transformation physique pousse également à un changement d’état d’esprit. Et même si notre silhouette ne change pas, nos envies, nos goûts, changent avec le temps. Dans six mois, un an, cinq ou dix ans, tu ne seras pas la même personne. Puis « plus tard » ça veut dire quand ?  Cela peut être demain comme jamais. Donc autant que cela profite à quelqu’un qui le portera au quotidien. Puis petit rappel et pas des moindres : nos maisons sont des lieux de vie. Pas des lieux de stockage…

  1. « Peut-être que cela reviendra à la mode ? »

Alors celui-là est dans le même goût que celui du dessus… Oui oui j’entends déjà : « La mode tourne ! », « Le vintage c’est stylé ! », ok je suis d’accord. Mais les modèles et les coupes changent ! A moins que vous cultiviez un look ultra pointu et au comble de la hype… Ne gardez pas le vieux trench à épaulettes gigantesques (dédicace à maman) ou que sais-je…

  1. « Mais il pourrait me servir pour traîner à la maison ! »

Valable aussi en version « pour bricoler dehors », « comme pijama » ou « pour faire du sport », cette excuse est peut-être la pire de toutes. Parce que si on la suit, on se retrouve à juste déplacer des piles. C’est ce que j’avais fait au début. A part obtenir une pile de tee-shirts que l’on n’utilisera jamais, cela n’apporte rien. Ah vous bricolez tous les jours ? Ce n’est pas une raison pour mettre des vêtements que l’on n’aime pas !

  1. Et l’éternel « au cas où ».

Avec lui, ce qui est bien, c’est qu’il s’applique à tout et n’importe quoi. De tout ce que j’ai jeté, je n’ai jamais rien regretté. J’ai même oublié 90 % de ce que je n’ai plus. Je t’assure qu’une fois que l’on n’a plus beaucoup de vêtements, on se rend compte que l’on a ce qu’il nous suffit. Notre dressing est à présent composé de ce que l’on a besoin, avec des pièces qui se combinent entre elles et qui nous ressemblent. Le minimalisme exerce notre créativité, et même en cas de circonstances exceptionnelles, on arrive toujours à trouver la juste tenue.

Je suis restée dans le cadre du tri d’une garde-robe mais lorsque tu vas entamer le reste de ta maison, tu verras que ces cinq  excuses peuvent s’adapter à tout type d’objets.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réactions au sujet de « Les cinq excuses qui nuisent au minimalisme d’une garde-robe »

  1. J’avoue, la seule qui me résiste encore c’est la 2! J’ai un carton de vêtements qui datent de mes 20 ans quand j’étais… Un poil plus svelte dirons nous… J’y mets le nez de temps en temps, et je suis passé de 3 cartons à un seul, mais il y a certaines pièces dont je ne peux pas me séparer pour le moment, je les aime d’amour! Un jour peut-être je serais prête…

    1. C’est là que l’on voit que le tri est vraiment un travail sur soi. Quand on bloque sur certaines choses, c’est intéressant de se demander pourquoi. Puis se laisser la liberté d’attendre d’être prêt pour s’en séparer. Cela ne sert à rien de forcer les choses. Et le jour qu’on est prêt à se séparer d’un vêtement ou objet qui ne nous servait pas mais pour lequel on faisait un blocage, et bien on est content de soi. On sait qu’on a évolué et tourné la page. Qu’on arrive à se détacher des objets petit à petit et de se rapprocher de ce qui compte vraiment dans la vie. Merci pour ton commentaire Amélie 🙂 C’est sympa de voir l’expérience de chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *